Return to site

Ben Tre, Delta du Mékong

· Voyager au Vietnam

Objectif Week-end au vert

Objectif "week-end au vert dans le Delta du Mékong", en profitant du fait que mon cher et tendre était en déplacement pro à HCMV.

Je le rejoins donc à HCMV (merci VietJet).

HCMC - Ben Tre ... en bus

Départ le samedi matin en direction de la petite ville de Ben Tre, dont le principal intérêt est d’être située à 2h15 de route d’HCMV quand Can Tho est à plus de 3h et le parc de Cat Dien est à plus de 3h30 de route.

Pour rejoindre notre hôtel, nous avons le choix entre une voiture (à 90$), et le bus (4$).
L’aventure, c’est l’aventure, tentons le bus !

Le taxi nous dépose au à la station de bus Minh Tam (204C Su Van Hanh Street, dans le District 5). La station de bus ressemble plus à une mini agence de voyage avec un comptoir, des sièges en cuir 70 ‘s alignés le long du mur, et une enseigne qui clignote en rouge et vert. Les prix affichés au mur, nous rassurent : 67.000 VND le trajet, nous sommes bien dans le budget annoncé.

Un bus part toutes les 30 minutes. Nous allons l’attendre dans le café d’à côté. Assis sur nos micro-sièges en plastique, nous sirotons une noix de coco fraîche en pariant sur le type de bus que nous aurons : double decker super moderne avec wifi, télé et toilettes ? ou bétaillère cahotante avec les poules ?

Un entre-deux sympathique arrive : petit bus aux sièges confortables (mais sièges en taille viet, obèses s’abstenir !), quasi plein. Nos sièges nous sont attribués et nous partons, sous l’œil étonné des locaux qui se demandent pourquoi nous prenons le bus avec eux.

2h15 plus tard, nous arrivons à la gare routière de Ben Tre. Un « shuttle » c’est-à-dire une toyota 7 places flambant neuve, nous prend en charge pour nous emmener à notre hôtel, ou presque...

Mango Home Resort, invitation à la sieste

Le Mango Home n’est pas au bord de la route, et pour le rejoindre, il faut prendre un petit chemin dallé en ciment sur lequel seuls motos et velos peuvent passer. Le Shuttle nous dépose donc au bord de la route, où le directeur de l’hôtel et un de ses staffs nous attendent en moto. Au bout du chemin bordé de palmiers et de cocotiers, nous arrivons au Mango Home.

L’hôtel est un grand jardin qui donne sur le Mékong où alternent fleurs de gingembre, basilic pourpre, hibiscus, bougainvilliers et bien sûr palmiers chargés des régimes de bananes encore vertes et cocotiers aux palmes qui ploient sous le poids des noix de coco.

Au bord de la rivière, une long house au toit de palmes huilées nous abrite du soleil. Des lit-transat nous invitent à la sieste. Allongés, nous contemplons le cours paresseux du Mékong. Nous comptons les petits bateaux pétaradants nous tirent de notre torpeur et les grandes barges à l'étrave rouge ornée d’un œil !

Les chambres sont des petites villas jaunes installées au fond du jardin. La chambre est simple, propre et spacieuse. La salle de bain est grande et presqu’en extérieur : le toit de palmes ne couvre pas toute la surface de la pièce, permettant aux cocotiers voisins d’y étendre leurs palmes. Au sol, sous la partie découverte, des plantes grasses poussent dans une plate-bande le long du mur, profitant de l’humidité de la pièce et du soleil. Entre chaque villa, deux hamacs invitent encore à la paresse.

Une fois installés nous allons déjeuner. La carte propose des classiques vietnamiens (entre 2,5 et 5 USD)… qui se révèlent vraiment très bon : nems au porc, salade de fleur de bananier et pâtes bun au poulet. C’est frais, c’est coloré, et c’est bon.

Le déjeuner n’est troublé que par le bruit des jardiniers qui jardinent et ...celui des ouvriers qui terrassent la future piscine. C’est étrange de se retrouver dans un jardin luxuriant avec une bande son de chantier !

Escapade en ville

Le soir, nous décidons de dîner à Ben Tre. Nous prenons les bicyclettes pour rejoindre le bord de la route qui mène à la ville. Là nous palabrons avec mon vietnamien débutant pour faire comprendre à une voisine que nous voudrions louer son scooter (thuê xe may) et lui laisser nos vélos (xe dap o’ dau) pour 2h (hai gio’).

La dame n’a aucune envie de nous louer son scooter, même si nous lui laissons les deux vélos de l’hôtel. Elle nous propose d’appeler un taxi (tac si) mais nous préférons prendre un moto-taxi (xe om). Elle nous envoie chez son voisin, dont la fille appelle un copain( ?). Nous négocions nos prix : 70.000 VND pour deux (bay ménin hai nguoi - prononcer ;[bèï ménin haï noeuille]). Apparemment, ici, la dizaine de milliers se dit autrement (noc ? toc ?) mais nous nous comprenons. Et nous voilà en route vers Ben Tre.

 

Chemin faisant nous passons devant un temple aux gigantesques statues de Bouddha, deux églises, et nous voilà sur la place du marché. Grâce à Tripadvisor, j’ai repéré Pizza Thuy, une pizzeria bien notée. Curieux et improbable de trouver une bonne pizza au fin fond du Delta du Mékong … nous marchons vers cette Pizzeria. La salle est vide, avec 3 tables et des photos de Savoie au mur. Dans le fond, un piano droit sert de présentoir à photo. Madame Thuy parle bien anglais, elle est même déjà allée en Suisse ! Et ses pizzas sont à la hauteur de sa réputation ! La margherita et la royale sont fraîches, belles et bonnes… avec une pâte dont nous nous demandons si elle n’est pas faite avec de la farine de sarrazin

Saïgon sous la pluie

Au retour, nous découvrons qu'il pleut à HCMC... et quand il pleut, il pleut!
La chaussée est recouverte de 10 à 20cm d'eau selon les endroits. Les 4x4 foncent en éclaboussant piétons, vélos et scooters. Les piétons attendent une éclaircie en essayant de trouver un abri à partager avec les autres passants. Quant aux scooters, protégés sous leurs ponchos-tentes multicolores, ils roulent en tong ou les pieds sur le cadre de la moto.
Lorsque certaines rues sont tellement inondées que le pot d'échappement du scooter est sous l'eau, il parait qu'il faut alors conduire sans jamais ralentir sous peine de noyer le moteur du scooter!!

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly